Mois : octobre 2007

Je suis en direct de Podcamp Boston avec plus de 1200 (ce chiffre reste à confirmer) autres podcasters. Première constatation : plusieurs podcasters de Montréal et relativement peu du reste du Canada, du moins, ceux que l’on connait. Deuxième constatation : quelques podcasters montréalais font figure de stars dans l’univers de la baladodiffusion. Supernice!

Lire

Vous avez bien lu. Une table ronde sur la baladodiffusion au Québec se fera sur les ondes de CIBL demain où vous pourrez m’entendre, en direct cette fois.

C’est Michel Dumais de l’émission Citoyen Numérique qui nous a lancé l’invitation. Les autres invités sont les suivants :


Bob Goyetche
de Bob & AJ, Catfish Show, Canadian Podcast Buffet, Mostly Tunes, Podcasters Across Borders et co-organisateur de PodMtl
Hugh McGuire, l’homme derrière Librivox
Tristan Péloquin, Journaliste et Blogueur à La Presse

Alors rebranchez votre radio à cristal (vous savez, le truc qu’on utilisait pour entendre du son quand on avait pas de iPods) et syntonisez le CIBL 101.5 FM ce jeudi 11 octobre 2007 entre 1H00 et 2H30.

Vous pouvez aussi écouter CIBL en streaming.

Bienvenue à ce 24e Québec en Baladodiffusion. Pour prendre part à la discussion, il faut non seulement se lever tôt, mais aussi être actif et ainsi jouer un rôle prédominant dans cette mer de media citoyen. Participez à la discussion en me faisant part de vos commentaires par courriel.

À l’émission cette semaine, l’article du journal La Presse sur l’état de la baladodiffusion au Québec. Vous pouvez aussi lire mon texte en réaction à cet article. Une critique comparative entre le iPhone d’Apple et son petit frère le iPod Touch. Je vous fait aussi part de ma visite chez Radio-Canada pour lancement de la programmation de Radio-Canada International avec Métissé Serré, Génération DX2 et la balado vidéo J’adopte un pays.

Voici les nouvelles émissions disponibles dans le répertoire de quebecbalado :
Radio RFID
Technocarotte
Play-Montreal

Si vous voulez, vous pouvez aussi aller écouter le podcast français Histoire de Gus

Vous pouvez écouter ici la chanson streets de la jeune artiste suédoise Noonie Bao ou la télécharger sur music.podshow.com.

Que pensez-vous de tout cela?

Inscrivez-vous à la Carte Frappr des auditeurs.
Messagerie Gmail, Messagerie audio sur Odeo, Telephonez au 1 206 338-2101

Il arrive souvent qu’on me demande quoi faire pour devenir podcaster. les gens veulent produire une émission bien rodée, dynamique, avec musique d’introduction et tout… sans savoir ce qu’ils veulent faire avec cette émission ni comment. Voici quelques idées qui pourront vous aider à cheminer avant de produire une émission en baladodiffusion.

Apprendre des autres
La meilleure façon de bâtir son podcast est d’en écouter le plus possible. Trop souvent les gens se lancent dans l’aventure sans même connaître le médium et ses lois non-écrites qui le régissent. Plusieurs écoutent les émissions des radio commerciales et des radio d’état (qui sont souvent de très bonne qualité), sans écouter un seul podcast indépendant. Une des raisons d’être du podcasting est de pouvoir donner la parole à des gens qui ne l’auraient pas autrement. De plus, ces personnes agissent par passion et constituent la majorité des émissions produites sous cette forme.

La clé: l’interaction!
Une bonne porte d’entrée dans ce monde est d’interagir avec les podcasters eux-mêmes. Ce sont des gens comme vous et moi qui ont une passion à partager et qui le font par le biais de la baladodiffusion. Le fait de commenter sur les sites des podcasters, de leur envoyer un courriel d’encouragement ou un commentaire audio vous fera entrer peu à peu dans le cercle des podcasters. Les podcasters parleront de vos commentaires et mots d’encouragement sur leur émission, prendront en considération vos suggestions et feront jouer vos commentaires audio à l’intérieur de leur podcast. C’est une bonne façon de s’habituer à entendre sa voix sur un fichier audio et c’est très apprécié

Avoir le bon équipement
Il n’y a pas d’équipement idéal de production qui convienne à tous les podcasters, mais une foule de configurations possibles qui conviennent à chacun de ceux qui les ont créées. Essayer d’identifier vos besoins (est-ce que je veux faire des entrevues et enregistrer de l’audio à l’extérieur de mon studio maison ou j’enregistre tout chez moi?). Si vous ne savez pas quoi acheter comme équipement, écoutez des balados qui se spécialisent dans la production de podcasts (il y en a plusieurs, surtout en anglais) ou demandez conseil à un podcaster. Règle générale, les podcasters sont des gens généreux qui désirent partager avec les autres. Il n’y a pas un micro qui soit parfait et qui convienne à toutes les voix. Chaque micro a des caractéristiques sonores qui lui sont propres et peut convenir ou non à votre voix. L’idéal est toujours de pouvoir en essayer quelques uns.

Trouver sa niche
Vous avez votre équipement pour enregistrer mais avec-vous votre sujet? Avant même de commencer l’enregistrement de votre balado, assurez-vous d’être à l’aise avec votre sujet et surtout d’avoir des idées pour faire une série d’émissions. Trop de podcasts meurent après seulement 2 ou 3 épisodes car leur auteur manque d’inspiration ou de motivation. L’espace est déjà occupé par les podcasts généralistes : il faut se spécialiser. Si vous désirer faire un podcast sur la technologie, vous serez perdus dans une mer de podcasts semblables, mais si vous vous spécialisez (sur les appareils bluetooth par exemple) vous vous démarquerez.

Le podcast musical : un bon point de départ, mais…
Le podcast musical est une bonne porte d’entrée chez les gens qui veulent démarrer une émission. C’est le type de podcast le plus commun car plusieurs ont la passion de la musique et c’est un peu plus facile lorsqu’on débute de faire jouer de la musique si on est timide face au micro. Le fait qu’il y a plusieurs podcasts musicaux rend la tâche difficile à ceux qui veulent se démarquer et plusieurs se découragent lorsqu’ils voient leur faible taux de téléchargement. Encore une fois, il faut se spécialiser et trouver un angle particulier. Si vous désirez faire jouer du rock et que vous êtes un baby-boomer, peut-être qu’une émission sur la musique des années ’60 peut vous intéresser. Si vous aimez la musique classique en général, mais particulièrement la musique baroque, vous avez probablement un filon à exploiter! N’oubliez pas que le podcasting doit aussi se soumettre aux lois relatives au droit d’auteur.

L’influence d’un nom
Le nom de votre émission peut vous assurer d’être bien répertorié dans les moteurs de recherche mais surtout, faire en sorte qu’il soit facilement retenu. Choisissez-le avec soin car c’est le seul élément que vous ne pourrez modifier en cours de route. Les noms les plus efficaces sont souvent les plus court et les plus évocateurs, mais il y a des exceptions. Une bonne idée vaut mieux qu’un nom court car elle sera plus facilement retenue. Aussi, achetez votre propre nom de domaine, en version .com s’il est disponible.

Maintenant que vous êtes prêt
Faites des tests! Enregistrez un démo. Enregistrez plusieurs démo. Essayez différents styles d’animation. Inspirez-vous du style des autres pour créer votre propre style. Puis, faites écouter le résultat à quelqu’un; votre meilleur ami, votre conjoint, votre famille. Faites-le surtout écouter à une personne en qui vous avez confiance, qui ne vous ridiculisera pas inutilement et de qui vous serez prêt à accepter la critique. Mieux : faites-le écouter à un podcaster, à votre podcaster favori par exemple et demandez-lui ce qu’il en pense. Puisqu’il est déjà passé par là, il vous critiquera tout en étant indulgent, saura vous donner les bons conseils et vous encouragera sûrement. Demandez-lui qu’il vous parraine ou qu’il devienne votre coach, votre mentor. Si vous êtes bon élève, vous aurez tôt fait de surpasser le maître!

C’est long!
Faire du podcasting prend du temps. Une émission parlée de 30 à 45 minutes me prends entre 5 et 8 heures à produire. De la recherche à l’enregistrement, en passant par la production et la mise en ligne avec les notes sur le blogue, tout ne se fait pas de façon simple. Si vous faites une émission non scriptée, que vous faites jouer plus de musique et que vous n’écrivez à peu près pas de notes pour l’émission, ça vous prendra probablement moins de temps, mais la qualité générale de votre émission risque d’en souffrir. Tout dépend de ce que vous désirez faire avec votre émission et de la durée de celle-ci.

Le secret du succès
La persévérence! Il n’y a aucune autre recette au succès sinon que de persévérer. L’auto-critique et l’échange avec un autre podcaster vous assurera d’améliorer votre émission et la persévérence assurera le succès auprès des auditeurs. Avec le temps viendra la reconnaissance. Surtout, ne vous découragez pas trop tôt. L’augmentation de l’auditoire se fait petit à petit au début mais à un moment ça décolle. Parlez à d’autres podcasters de votre émission et inscrivez-la à des répertoires. Trouvez des façons créatives de faire connaitre votre podcast.

En conclusion
Si vous avez des commentaires ou des questions n’hésitez pas à me contacter, ou à contacter tout autre podcaster; surtout s’il fait le type d’émission que vous désirez produire. C’est un hobby très gratifiant qui vous amènera à intéragir avec une foule de personnes tout aussi intéressantes les unes que les autres. Si vous avez une bonne idée, je vous encourage à produire un podcast dès que vous le pouvez, quitte à faire des erreurs et l’améliorer en cours de route, s’il n’est pas parfait à vos oreilles. Les amateurs de podcasts vous pardonneront vos erreurs et surtout, il ne faut pas oublier que la meilleure façon d’apprendre à nager demeure toujours de se jeter à l’eau!

Zune2

Le nouveau Zune 2 annoncé hier par Microsoft donnerait, selon toute vraisemblance, la possibilité d’écouter des podcasts. L’information ne semble pas confirmée sur le site officiel dédié à l’appareil, mais le menu «podcasts» est bel et bien présent sur l’interface du produit qui sera lancé en novembre.

Selon Engadget, le logiciel de la première génération de Zune sera aussi mis à niveau vers la nouvelle version qui supportera la baladodiffusion. Autre preuve que le MPEG-4 et le codec h.264 deviennent la norme pour la vidéo sur le web, l’appareil supportera ces formats en mode natif sans que vous ayez à les ré-encoder au format Windows Media comme c’était le cas auparavant.

Avec le nouveau iPod touch, son design épuré, ses logiciels et son interface novatrice, est-ce qu’on a vraiment envie d’acheter le Zune 2?

En lisant l’article de La Presse sur la Baladodiffusion, ce qui saute aux yeux c’est l’absence d’informations sur les productions indépendantes, mis à part Le Québec en Baladodiffusion. Et il est malheureusement impossible sur le site de La Presse de laisser un commentaire sur un article et ainsi corriger le tir. Lors de l’entrevue, j’ai tenté de discuter d’initiatives intéressantes alors que le journaliste-blogueur Tristan Péloquin cherchait des arguments pour appuyer son constat que Radio-Canada semble délaisser la balado. De fait, Radio-Canada n’avait pas mis à jour la version baladodiffusée de Christiane Charrette depuis le 22 juin dernier, chose qui a été corrigée ce matin.

En bâtissant son texte qui a contribué à remettre l’émission de Christiane Charrette dans nos iPod, monsieur Péloquin est passé sans le savoir à côté d’une foule d’émissions de très grande qualité. Premièrement du côté de notre radio-diffuseur d’état, on a mis en ligne l’excellent Par 4 chemins de Jacques Languirand, le concours de courts métrages et de balados Métissé Serré bat son plein et on peut suivre le quotidien d’un couple d’immigrants dans un podcast vidéo appelé J’adopte un pays; de la qualité je vous dit. Mais ce n’est pas là que la Baladodiffusion brille le plus…

Un médium en ébullition
Les journaux ne vous parleront pas de Hugh McGuire et de son initiative appelée Librivox. Ce montréalais a eu le génie de rendre disponible sous forme de livres audio baladodiffusés, des livres du domaine public. Qui plus est, il a mis à contribution des collaborateurs du monde entier qui l’ont fait GRATUITEMENT. Du Christmas Carol de Dickens à Anne of Green Gables de Lucy-Maud Montgomery, en passant par Dostroyevsky, il y en a pour tous les goûts. Depuis 2 ans, Librivox est probablement une des maisons de production de livres audio les plus prolifiques du monde.

Les journaux ne vous parleront pas non plus de Bob Goyetche qui à lui seul soit anime, co-anime, et produit quatre émissions : le Bob & AJ Show, le Catfish Show, Mostly Tunes et le Canadian Podcast Buffet. Ils ne vous parlerons pas de Galacticast de Rudy Jahchan et Casey McKinnon, un des podcast vidéos les plus en vue de l’heure où l’on parodie divers symboles de la Culture Geek. Finalement, on ne vous parlera pas de Julien Smith la rock star des podcasters et de son In Over Your Head dont le taux de téléchargement pourrait faire rougir Jeff Fillion et sa Radio Pirate… et il n’a même pas eu à passer à Tout le monde en parle! Et que dire de Six Pixels of Separation fait par Mitch Joel de Twist Image, véritable guru du média social. Non, les médias québécois francophones ne vous parleront pas de ceux-ci; probablement trop anglophone pour eux.

Même du côté francophone, il y a peu de chances qu’on vous parle de Laurent Lasalle qui bosse toutes les semaines à nous concocter un Mets tes écouteurs tout en musique. Ni des Beaux Réal Roux qui ont recommencé à produire leur émission amusante qui se veut vaguement intellectuelle. Ni de Pierre Journel et de sa Cabane au Canada produite à la façon d’un audioblogue, ni de Serge Lemire qui produit des entrevues indépendantes avec des artistes québécois dans Du Bon et Du Con, ou bien du magazine audio P45.

Depuis les débuts du podcasting en 2004, l’intérêt de ce médium a toujours été de pouvoir entendre des points de vues différents que ceux que l’on a l’habitude d’entendre. De pouvoir écouter des voix différentes. De briser les formats et les carcans radiophoniques. De démocratiser un médium qui a été longtemps l’apanage de sociétés d’état et de grandes structures, et tout cela SANS PUBLICITÉ, mais surtout, GRATUITEMENT. La baladodiffusion amène un vent de fraicheur dans nos lecteurs numériques et ceux qui y goûtent ont parfois de la difficulté à revenir vers la radio commerciale tant elle peut parfois manquer de substance.

Alors pourquoi accorder autant d’importance aux baladodiffusions de la radio d’état ou de toute radio commerciale?
Ce faisant, on contribue à faire gonfler la popularité téléchargée d’émissions qui n’ont pas besoin de ces auditeurs supplémentaires pour survivre. En omettant de parler de tous ces producteurs qui font des émissions uniquement par passion, on donne aussi l’image que la baladodiffusion est un médium réservé aux médias traditionnels. En ne donnant pas la parole à plus d’indépendants, on prive ces gens d’une forme de visibilité salutaire pour l’avenir de ce médium.

Contrairement à ce qui est écrit dans l’article, je constate la richesse, la diversité et le dynamisme des baladodiffuseurs d’ici et l’engouement pour ce médium est toujours en croissance. Et la popularité de bien des productions du Québec se compare à ce qui est fait ailleurs au pays. On a qu’à assister au rassemblement de baladodiffuseurs PodMtl pour le constater.

Christiane Charrette

Qu’en pensez-vous?

Au moment d’écrire ces lignes (soit le même jour que la parution de l’article), l’émission de Christiane Charrette qui avait disparu de la section baladodiffusion du site de Radio-Canada a été réintégrée, les liens vers le fil RSS de l’émission ont été remis en place et le fil RSS lui-même a été réactivé avec toutes ses archives! Magie!

Pire encore, sur le site même de Christiane Charrette, on retrouve dans le bas de la page une bannière annonçant la remise en ligne du podcast pour… le 1er octobre! Aujourd’hui! Ça sent la campagne promotionnelle orchestrée d’avance et surtout, ça sent le copinage. Mais j’espère que je me trompe; tout le monde sait que les journalistes sont objectifs, non?!

Scroll to top