Catégorie : Evenements

Vous ne le savez peut-être pas mais ce jeudi 1er décembre est le jour national du podcasting au Canada. Depuis quand me demanderez-vous? Depuis 2010. Depuis qu’un groupe de poscasters canadiens indépendants l’ont décidé, comme mes amis Bob Goyetche et Mark Blevis. Chaque podcaster indépendant est invité à publier un épisode, peu importe la longueur, à l’intérieur de son fil RSS, peu importe depuis quand le podcast est inactif.

Pourquoi en avez-vous jamais entendu parler

Parce que je l’ai probablement mentionné une seule fois dans le passé. Parce que vous ne vous intéressez pas au podcasting indépendant à l’extérieur du Québec. Mais surtout parce que les médias s’en foutent royalement. Et c’est peut-être mieux ainsi. (Mise-à-jour: Y’a quand même Laurent LaSalle qui en a parlé dans un article  Triplex la première année)

Par les indépendants et pour les indépendants

Si vous êtes podcaster, je vous encourage à participer et à mettre en ligne un épisode vous aussi ce jeudi. Simplement parce que ça serait l’fun de laisser de côté le «paradigme» des deux solitudes et de s’unir comme podcasters indépendants et faire un gros pied-de-nez aux médias traditionnels en général et à la radio commerciale en particulier.

Un dernier tour de piste pour Bob

Vous le savez déjà, mon chum Robert (Bob) Goyetche est décédé ce mois-ci. C’était un francophone qui se foutait de cette idée des deux solitudes et qui produisait des shows en anglais. C’était aussi un rassembleur et un gars qui croyait à la communauté du podcasting indépendant. Ce jeudi, vous entendrez les hommages pleuvoir lors du jour du podcasting. Faites-vous donc entendre vous aussi pour que le Québec ait une voix forte lors de cette journée. Parce qu’on produit du foutu bon stock au Québec. Pis parce qu’on est en 2016 aussi.

Studio Quebec Balado

J’ai été interviewé la semaine passée sur Spark, un podcast de la CBC traitant de technologie et animé par Nora Young. L’entrevue a été réalisée à la suite de la parution d’un rapport notant des différences dans l’utilisation de l’internet entre anglophones et francophones.

Cette entrevue a été enregistrée en « double-end », c’est-à-dire que nous discutions au téléphone et que chacun enregistrait son bout de la conversation. Le but étant d’obtenir la meilleure qualité audio possible. Malgré que la qualité était présente de part et d’autre, ça ne sonne pas tout-à-fait comme une conversation face à face puisque nos équipements respectifs sont extrèmement différents.

Pour plus de détails sur l’entrevue, allez faire un tour sur fono.ca. C’est un nouveau site lancé lors de PodCamp Montréal où je partage mes expériences personnelles et professionnelles en rapport avec le podcasting et la création de contenu.

Si vous désirez contacter Sylvain pour un projet de baladodiffusion, pointez-vous sur fono.ca.

J’ai attrappé la TAG! et je l‘ai attrapé de Dave Delaney, un torontois établi à Nashville qui travaille dans le domaine des médias sociaux. Le principe est simple. On tag 6 individus et ceux-ci doivent nous révéler 6 choses surprenantes sur eux, puis refiler la tag à 6 autres victimes et ainsi de suite.

1- J’étais parfaitement ambidextre jusqu’à l’âge de 7 ans environ. Je changeais de main pour dessiner ou écrire, lorsque j’avais les doigts endoloris. Puis mon professeur de 1è année m’a forcé à choisir, car selon elle, on ne pouvait pas être à la fois droitier et gaucher. Maintenant je suis droitier, mais j’ai une certaine facilité à utiliser le côté gauche.

2- Mon ancêtre qui a eu la sale tâche de demander aux acadiens de se rendre après la capitulation de Montréal en 1760. La France avait abandonné définitivement la colonie de la Nouvelle-France, et les anglais menaçaient de déporter les Acadiens. L’intendant Murray a alors envoyé un ancien capitaine de milice de l’armée française défaite, Jean-Baptiste Guillot dit Grand’Maison porter le message. Il avait combattu en Acadie quelques années auparavant et marié une acadienne, ce qui le rendait plus sympathique aux yeux des Acadiens. Pour tenter d’éviter la déportation (le grand dérangement) à ceux qui ne voulaient pas porter allégeance à la couronne britannique, il a conclu avec plusieurs familles ce que l’on a appelé plus tard “le grand arrangement”. Grâce à ses contacts, il a pu aider plusieurs familles à venir s’établir au Québec et éviter la déportation. Mince consolation à la tragédie des Cadiens (Cajuns).

3- J’ai fait le design de deux centre de glace de la LNH: Toronto et Montréal. Lorsque je travaillais pour une certaine grande agence de communications canadienne, nous avions Air Canada et Bell comme client pour le design graphique et le branding. À l’aide du guide de normes de la ligue nationale, j’ai d’abord défini comment apparaîtrait AIR CANADA CENTRE autour du cercle central. L’année suivante alors que j’avais à bâtir l’identité graphique du Centre Bell, j’ai fait la même chose. Commentaire de la ligue nationale: Original! C’était la première fois qu’un logo d’aréna était répété 3 fois autour du cercle. Depuis, d’autres ont fait la même chose. Je suis probablement le seul designer qui a fait 2 centres de glace de la LNH.

4- J’ai vu Drew Barrymore au musée Guggenheim de New York. Non, je n’ai pas pris de photo d’elle, je ne suis pas un groupie. Je m’avançais pour voir les photos de Frank Lloyd Wright de l’exposition sur la construction du musée Guggenheim et je croise un petit bout de femme avec de jolis yeux. Quand je suis passé à côté d’elle, elle m’a souri et c’est alors que je l’ai reconnue. Je lui ai souri à mon tour, un peu surpris de voir en chair et en os ce «fantasme d’adolescent». Plus tard, mon fils et moi nous sommes amusés à danser sur une installation artistique sonore, où un plancher lumineux créait des motifs aléatoires au son de la musique. À un moment, nous dansions seuls et je me suis rendu compte que les gens à l’étage supérieur prenaient des photos de nous. J’ai levé la tête, pour voir que Drew était affairée sur sa caméra. Quand elle a vu que je regardais, elle a levé la tête au dessus de sa caméra avec un large sourire et ces yeux rieurs que l’on reconnaitrait sur n’importe quel écran de cinéma. Non, je n’ai pas pris de photo de Drew Barrymore; c’est elle qui a pris une photo de moi!

5- Je suis passé du tricycle au vélo en une journée. C’était la fête de mon cousin qui a le même âge que moi. Il venait d’avoir un vélo à 2 roues pour son anniversaire (4 ou 5 ans, je ne me rappelle plus). Je n’avais jamais essayé d’en faire. Lorsque tout le monde fut entré à l’intérieur, j’ai pris le vélo et je me suis pratiqué. Je suis tombé plusieurs fois, mais après quelques essais j’y suis arrivé. Même aujourd’hui, j’apprends très vite et souvent par moi-même.

6- J’ai déjà rencontré René Lévesque. J’avais peut-être 7 ou 8 ans. Il y avait un souper bénéfice avec le Premier Ministre à Rivière-Ouelle, le village voisin de celui où j’habitais. Il s’était déplacé parce que ses ancêtres étaient natifs de ce village, et son père était né et avait grandi dans mon village, Saint-Pacôme. (Ma mère est aussi une Lévesque et nous avons les mêmes ancêtres) Après avoir soupé, je jouais avec d’autres enfants et il est passé à côté de moi puis m’a mis la main sur la tête, comme on le fait parfois aux enfants. Ce qui me fait dire que quand j’étais petit, j’ai peut-être été baptisé par le curé. Mais j’ai été béni par Lévesque!

Voici les 6 victimes à qui je refile la tag:
Scarborough Dude, Isabelle Lopez, Julien Smith, Neil Gorman, Michelle Blanc, Hugh McGuire

6 règles à observer:
1. Faire un lien vers la personne qui t’a taggué (moi!)
2. Inscrire les règles sur ton blogue
3. Écrire 6 choses que les gens ne savent pas sur toi
4. Tagguer 6 personnes à la fin de ton billet
5. Faire savoir à ces 6 personnes que tu les a tagguées
6. Faire savoir à celui qui t’a taggué lorsque tu as écrit ton billet

———

I’ve been TAGged by Dave Delaney. If you don’t know Dave, he had many podcasting projects and he’s a social media king. He’s from Toronto but lives in Nashville. The principle of that tagging thing is simple: You tag 6 people and they have to unveil 6 things people don’t know. Then those people have to tag 6 other people that will do the same. Endlessly.

1- I was perfectly ambidexter until age seven, when my teacher forced me to choose. At that time, I could do anything with both hands and it’s still easy to do a few things with my left hand. I’m a right-handed now.

2- My ancester had the task to ask the Acadians to stop fighting the English army. France had just definitively dropped the Nouvelle-France from it’s plans and Murray asked (read forced) my ancestor to go to Acadia to calm things down. Some Acadians refused to become part of the british empire, so with his contacts, Jean-Baptiste Guillot dit Grand’Maison helped them to establish in Québec and escape from deportation. It was his modest contribution to try to reduce the Cadian (Cajun) trajedy.

3- I did the design of 2 ice center from the NHL: Toronto and Montréal. I worked for a great canadian communications agency and we had Air Canada and Bell as clients for branding and design. One year I’ve been asked to decide how would look AIR CANADA CENTER around the circle while respecting the NHL graphics standards. The following year, as I was working on the Bell Center branding, I did the same thing for the great Montréal arena. The feedback I recieved from the NHL: Wow, it’s the first time that anybody repeated the logo 3 times around the circle. Since then, other arenas did it too. But I probably remain the only designer who designed two NHL ice centers.

4- I saw Drew Barrymore at New York’s Guggenheim museum. When I saw her, she just smiled gently, then I recognised her and smiled back. Later, I was dancing alone with my little boy on an artistic installation made of a luminous floor producing shapes to the sound of music. People were taking pictures from the upper level and I looked up to see Drew holding a camera. She looked over her camera and made me the most beautiful smile. No I didn’t take any picture of her. SHE took pictures of me.

5- I switched from tricycle to bicycle in one day without little wheels. It was my cousin’s birthday and he had a bicycle. I was shy because I had never tried a bicycle. So when everybody was inside the house, I took the bicycle and practiced until I could ride it by myself. Even today, I easily learn stuff by myself.

6- I met René Lévesque when I was about 7 or 8. There was a supper in the village beside where I lived, where he had been invited as a special guest. He partly accepted because his ancestors came from that place (Rivière-Ouelle) and his father was born and raised in my village (Saint-Pacôme). After the supper, I was playing with other kids and he just watched us and put his hand on my head as adults sometimes do to kids. My mom is also named Lévesque and we share the same ancestors.

Now I have to tag my own 6 victims:
Scarborough Dude, Isabelle Lopez, Julien Smith, Neil Gorman, Michelle Blanc, Hugh McGuire

Here are the rules:
1. Link to the person who tagged you.
2. Post the rules on the blog.
3. Write six random things about yourself.
4. Tag six people at the end of your post.
5. Let each person know they have been tagged.
6. Let the tagger know when your entry is up.

PodCampBoston3

PodCamp Boston en est cette année à sa 3ième édition; c’est là que les PodCamps ont commencé et c’est là où vous retrouverez à leur meilleur les co-organisateurs Chris Brogan et Christopher S. Penn.

Après avoir connu la folie des grandeurs avec la deuxième édition, l’événement revient à une taille plus humaine. L’inscription est ouverte pour 500 participants. Les organisateurs attendaient 1500 personnes lors de l’édition 2 alors qu’un peu plus de 700 personnes se sont présentés. Ils se sont alors retrouvés à gérer plusieurs problèmes de front : des salles un peu trop grandes pour le nombre de participants, des T-shirts de l’événement en surplus, des conférenciers qui ne se sont pas présentés (ans avertir!) et des commanditaires qui ont réduit leur chèque en fonction du nombre de participants absents.

Les deux Chris ont appris de cette expérience et ont décidé d’abolir la règle de gratuité absolue pour les PodCamps, règle qu’ils avaient eux-même mise de l’avant. L’inscription à PodCamp Boston 3 coûte 50$ et c’est une excellente nouvelle. Comprenez-moi bien; je suis un apôtre de l’accessibilité mais lorsque cette même accessibilité met en péril un évènement comme celui-là, supprimer la gratuité devient inévitable.

Tout d’abord, PodCamp devient un évènement sérieux. C’est vrai; lorsque l’on a à payer pour quelque chose, on accorde plus d’importance à cette chose. Deuxièmement, les participants qui se désisterons le feront à l’avance pour récupérer leur mise et retireront leur nom de la liste. Cinquante dollars ce n’est pas énorme mais c’est amplement pour faire mal au porte monnaie. Troisièmement, les conférenciers seront présents. Lorsque l’on sait que les gens ont payé pour nous entendre, il est plus que probable que l’on se pointe au rendez-vous, ou que l’on avertisse les organisateurs si nous ne pouvons pas y être. Dernièrement, les commanditaires seront rassurés car le nombre de participants inscrits reflètera le nombre de participants réels.

Malgré la proximité de Boston, malgré que j’affectionne les évènements de podcasting, et malgré que Boston doit être magnifique en juillet, je serai absent de cette édition-ci de PodCamp Boston. Pourquoi? Parce que l’évènement a lieu moins d’un mois après Podcasters Across Borders où je ferai une conférence et surtout, parce que je serai en plein milieu de mes vacances. Par contre, je conseille à tous les podcasters d’assister à un PodCamp, et tant qu’à assister à un PodCamp, pourquoi ne pas se payer l’original?

Chris Brogan

Interview with PodCamp co-founder Chris Brogan recorded last February at PodCamp Toronto.

Send me a comment by eMail or
Dial 1 206 350-0554 for an audio comment.

Entrevue avec le co-fondateur de PodCamp Chris Brogan, enregistrée lors de PodCamp Toronto en février dernier.

Envoyez vos commentaires par courriel.
Téléphonez au 1 206 350-0554 pour faire un commentaires audio.

PAB2008

Pour la petite histoire, vous savez peut-être que je suis de ceux qui ont assisté aux deux précédentes éditions de Podcasters Across Borders à Kingston, la première série de conférences sur le podcasting au Canada. Si vous suivez mon émission, vous savez aussi que c’est suite à la première édition de l’événement que je suis officiellement devenu podcaster. Et si vous me connaissez personnellement, vous savez que c’est à Kingston en 2006, assis dans la salle de conférence de l’hôtel Holiday Inn Waterfront que j’ai eu l’idée de produire cette émission.

Non pas que je n’avais pas d’idée de sujet pour produire un podcast auparavant; j’en ai eu au mois mille et une! Du podcast musical de jazz en passant par le design graphique, ma tête s’est mise à bouillonner dès que j’ai découvert ce médium en 2004. J’ai même pensé faire un podcast humoristique pour lequel j’avais créé ce qui est devenu la chanson thème du Québec en Baladodiffusion.

Le PodKetchup que ça devait s’appeler. Je suis arrivé à Kingston en juin 2006 avec une solide idée de podcast humoristique, un logo en béton, une chanson thème qui convenait à la thématique, tout l’équipement qu’il fallait pour fabriquer de l’audio et une tonne d’idées de capsules… puis le Québec en Baladodiffusion m’est tombé dessus sans prévenir. Ma connaissance du médium dûe à une consommation boulimique de balados en tous genres m’a poussé à m’investir d’une «mission» : partager cette passion avec les autres et avec les québécois en particulier. Plusieurs podcasts québécois existaient depuis un bon bout de temps mais aucun ne traitait du médium lui-même. Il fallait que quelqu’un le fasse; j’ai décidé de le faire.

Aller à Kingston c’est pour moi faire un retour aux sources. C’est là que tout à débuté, c’est là que j’ai commencé à faire partie de la confrérie. J’y suis arrivé comme auditeur et j’en suis reparti comme podcaster. L’an passé je suis retourné comme «vétéran», cette année ce sera comme conférencier. Sur quoi portera la conférence? Sur ce que j’ai appris en observant le podcasting depuis quatre ans et en en produisant depuis deux ans. Comme j’évolue dans un milieu professionnel lié à la créativité, vous pouvez vous attendre à un style de présentation peu banal.

Learning from The Beatles que ma conférence s’intitule et n’essayez pas d’en savoir plus; seuls ceux qui se seront sur place le samedi 21 juin prochain auront ce plaisir. Et dieu merci, je ferai mon allocution avant et non après celle de Tod Maffin de la CBC, podcaster de longue date et conférencier professionnel.

Pour connaître le programme complet ou vous inscrire, rendez-vous sur le site officiel de Podcasters Across Borders. Les places sont limitées.

PodMtl

Non seulement est-ce le sixième podmtl mais celui-ci marque la première année d’existence de ces rencontres «organisées» sur le podcasting. Comme vous le savez, les deux dernières éditions avaient une thématique et celui-ci ne fera pas exception. Le fait d’avoir un thème semble plaire à ceux qui veulent démarrer un podcast et sert de point de départ à des discussions qui sont toujours incroyables.

PodMtl s’adresse non seulement aux baladodiffuseurs mais aussi à toute personne s’intéressant de près ou de loin au podcasting… et aux divers sujets connexes. Que ce soit le réseautage social sur internet, les outils de micro-blogging ou l’utilisation du podcasting comme outil de communication corporatif, aucun sujet n’est épargné. Et puisque ce sont les participants qui créent la conversation, venez contribuer aux échanges en apportant votre savoir-faire ou vos questions.

L’événement a lieu :
Le jeudi 3 avril dès 19h30
au Sergent-Recruteur
4801 St-Laurent à Montréal

Thème de la soirée :
La musique et le podcasting
Les droits, les réseaux de musique et les lois sur le droit d’auteur.

Détails sur :
http://podmtl.com/

Inscrivez-vous sur FaceBook à :
http://www.facebook.com/event.php?eid=8330518010

Un épisode sur la route vers PodCamp Toronto avec Sylvain et Laurent Lasalle de Headphones Required/Mets tes écouteurs. On discute de la naissance de la poutine, du restaurant le Roy Jucep, de vieilles téléséries telles que CHiP’s et K2000, du prochain Indiana Jones et plus encore. On parodie le carburant de la semaine. Commentaires de Pierre Journel et de Jessica Sanders. Musique de Jon (Jonathan) Lajoie avec Everyday Normal Guy.

Envoyez vos commentaires par courriel.

Téléphonez au 1 206 350-0554 pour faire un commentaires audio.

podcamptoronto

C’est le lancement de PodCamp Toronto deuxième édition au centre Rogers de l’Université Ryerson. Les PodCamps sont des «non-conférences» gratuites sur la baladodiffusion organisées par la communauté du podcasting.

Les grosses pointures du podcasting Canadien (et quelques figures du podcasting américain sont sur les lieux). Vous n’avez qu’à aller consulter la liste des inscriptions pour le constater par vous-même.

Vous pouvez suivre les conférences en temps réel sur le WiKi de PodCamp Toronto.

Pour ceux qui se posent la question; oui, nous discutons encore de la possibilité de faire un PodCamp à Montréal.

Tel que je vous l’ai annoncé lors du dernier QuébecBalado, Michelle Sullivan a annoncé Jeudi dernier sur son Blogue le lancement de l’édition Montréalaise des Third Tuesday qui débutera en février.

La première mouture qui s’attaquera à la raison même d’être des médias sociaux accueillera les conférenciers-modérateurs Mylène Forget et Mitch Joel. En plus d’être président de TwistImage et conférencier, Mitch est aussi podcaster et habitué des rencontres PodMtl. Vous pouvez syntoniser son podcast Six Pixels Of Separation.

L’événement aura lieu le mardi 19 février 2008
De 18h00 à 20h30
Au Lolita Lounge
96 rue Sherbrooke Ouest
À Montréal

L’activité est bilingue et gratuite.

Vous pouvez vous inscrire à l’événement sur FaceBook
Ou joindre le groupe FaceBook pour demeurer informé sur les éditions futures

Les Third Tuesday ont été lancés à Ottawa par Joseph Thornley et se produisent chaque mois dans plusieurs villes canadiennes.

Les Barbapapa
(Il y a Barbapapa, Barbamama, Barbidou, Barbouille, Barbabelle et Barbidur, Barbotine et Barbibulle et Barbalala)
http://www.barbapapa.fr

Le carburant de la semaine
Blanche aux Mûres de La Barberie
Brasserie de Québec et coopérative de Travail
http://www.labarberie.com

Oscar Peterson
http://oscarpeterson.com

Pohénégamook 1

Pohénégamook 2

Pohénégamook
Base de plein air
http://www.pohenegamook.com/francais/_accueil.html

Podmtl 5 de Janvier
Le vendredi 25 janvier dès 19h30
au Sergent-Recruteur
4801 St-Laurent
Thème: La planification d’un podcast
Comment bâtir son canevas faire des notes préparatoires.
Apportez vos exemples, vos questions et votre savoir-faire pour pouvoir échanger
Micros, enregistreurs et ordinateurs sont les bienvenus.
Bière, pizzas et Wi-Fi sur place.
http://podmtl.com/
Inscrivez-vous sur FaceBook à :
http://www.facebook.com/event.php?eid=7011673543

Ottawa Podcast & New Media Meetup
le 24 janvier à 19h00
Conférence de Alan Neal de Bandwith à la CBC
Sujet : comment animer son émission
Possible que je sois présent
http://podcasting.meetup.com/79/calendar/6949663/

PodCamp Toronto 2
22-23-24 février 2008
Gratuit
À l’Université Ryerson
Organisé par quelques amis podcasters, Katherine Matthews & Rob Lee, Sean McGaughey, Jay Moonah et autres
Session appelée «zero to podcasting» pour apprendre à faire un podcast en 2 jours.
Avec Bob Goyetche, Mark Blevis, Katherine Matthews, Scarborough Dude, Sage Tyrtle
http://podcamptoronto.pbwiki.com/

PAB2008
20-21-22 juin 2008
Pré-Inscriptions = du 27 Janvier au 2 février à 90$
Inscriptions régulières = à partir du 15 mars à 125$
Propositions de conférences = inscriptions dès maintenant
http://www.podcastersacrossborders.com/

Third Tuesday
Rencontres mensuelles de Media Citoyen
Ont démarré à Ottawa avec Joseph Thornley
Maintenant aussi à Toronto et Vancouver
Bientôt à Montréal le 19 février
http://publicrelations.meetup.com/84

Culture.ca
Fabriqué par Collectik de Hugh McGuire (qui est derrière Librivox) en collaboration avec le Centre National des Arts, le site gouvernemental culture.ca possède maintenant un répertoire sur la baladodiffusion. Le répertoire essaie de mettre de l’avant les podcasts culturels mais inclut aussi d’autres ressources sur la baladodiffusion tels que quebecbalado.com Le répertoire propose des sections française et anglaise et vous propose des suggestions de balados à découvrir.
http://balados.culture.ca

Earideas
De Hugh McGuire
Collection de podcasts sélectionnés pour la qualité de leur propos.
Podcasts produits par de musées, stations de radio publiques et privées, magazines, maisons de production et individus.
Choix éditorial
Mise sur la qualité plutôt que la quantité
Contenu stimulant pour le cerveau.
En anglais pour le moment mais la version française suivra probablement.
http://earideas.com

All you need is cheese
Animateur : Les producteurs laitiers du Canada
Nom de l’émission: All you need is cheese
Ville où est produite l’émission : Montréal
Depuis quand : Octobre 2007
À quelle fréquence : Mensuelle
Sujet abordé : Fromages, recettes, cuisine, gastronomie…
Public visé : 7 à 99 ans
Description : Découvrez les fromages canadiens afin d’apprendre de nouvelles façons de les apprécier et de les apprêter et d’obtenir un avant-goût de la culture locale.
http://www.allyouneedischeese.ca

Wikia
De Jimmy Donal Wales (cofondateur de wikipedia avec Larry Sanger)
http://www.wikia.com

iTunes
Vends maintenant des séries télé canadiennes
La CBC est déjà là avec le Rick Mercer Report
Radio-Canada est absent
Aucun contenu francophone pour l’instant
http://www.apple.com/ca/itunes

QuebecBalado
Faites une revue du Québec en Baladodiffusion sur iTunes
http://www.apple.com/ca/itunes

Twitter
J’y fais 1 tweet par jour sur la créativité
67 messages dont environ 60 sur la créativité
Allez visiter mon profil, abonnez-vous pour suivre votre tribu sur Twitter
https://twitter.com/sgrandmaison

Finale
Vous pouvez faire parvenir vos commentaires textes à quebecbalado [at] gmail [point] com et vos commentaires audio par téléphone en composant le 1-206-350-0554. Suivez mes tweets sur twitter. Joignez-vous au groupe quebecbalado sur FaceBook :
http://www.facebook.com/group.php?gid=2405934381

Nous récidivons pour une quatrième édition de PodMtl, le rassemblement de podcasters et d’auditeurs. À partir de maintenant l’événement aura une thématique à chaque édition.

Les Micros
Nous commençons par la base avec le thème des microphones. Nous apporterons plusieurs types de micros sur les lieux et vous êtes invités à faire de même. Nous discuterons des différents types de microphones, les avantages et inconvénients de chacun, les prix, les endroits où se les procurer, etc.

Comme à l’habitude, l’événement aura lieu le dernier jeudi du mois au Sergent-Recruteur. Voici les détails :

Quand : Le jeudi 29 novembre 2007
Où : Le Sergent-Recruteur, 4801 boulevard St-Laurent.
Heure :
À partir de 19h30 jusqu’à…

Podcasters, podcasters en devenir et auditeurs sont les bienvenus. Apportez votre ordinateur portable, vos micros , votre caméra et votre bonne humeur. Wi-Fi disponible sur place.

Inscrivez-vous à podmtl 4 sur upcoming

ou

Confirmez votre présence par courriel à :
Sylvain Grand’Maison (quebecbalado at gmail.com)
Bob Goyetche (bobgoyetche at gmail.com)
Laurent Lasalle (laurent at headphonesrequired.com)

Je suis en direct de Podcamp Boston avec plus de 1200 (ce chiffre reste à confirmer) autres podcasters. Première constatation : plusieurs podcasters de Montréal et relativement peu du reste du Canada, du moins, ceux que l’on connait. Deuxième constatation : quelques podcasters montréalais font figure de stars dans l’univers de la baladodiffusion. Supernice!

Lire

Vous avez bien lu. Une table ronde sur la baladodiffusion au Québec se fera sur les ondes de CIBL demain où vous pourrez m’entendre, en direct cette fois.

C’est Michel Dumais de l’émission Citoyen Numérique qui nous a lancé l’invitation. Les autres invités sont les suivants :


Bob Goyetche
de Bob & AJ, Catfish Show, Canadian Podcast Buffet, Mostly Tunes, Podcasters Across Borders et co-organisateur de PodMtl
Hugh McGuire, l’homme derrière Librivox
Tristan Péloquin, Journaliste et Blogueur à La Presse

Alors rebranchez votre radio à cristal (vous savez, le truc qu’on utilisait pour entendre du son quand on avait pas de iPods) et syntonisez le CIBL 101.5 FM ce jeudi 11 octobre 2007 entre 1H00 et 2H30.

Vous pouvez aussi écouter CIBL en streaming.

Il arrive souvent qu’on me demande quoi faire pour devenir podcaster. les gens veulent produire une émission bien rodée, dynamique, avec musique d’introduction et tout… sans savoir ce qu’ils veulent faire avec cette émission ni comment. Voici quelques idées qui pourront vous aider à cheminer avant de produire une émission en baladodiffusion.

Apprendre des autres
La meilleure façon de bâtir son podcast est d’en écouter le plus possible. Trop souvent les gens se lancent dans l’aventure sans même connaître le médium et ses lois non-écrites qui le régissent. Plusieurs écoutent les émissions des radio commerciales et des radio d’état (qui sont souvent de très bonne qualité), sans écouter un seul podcast indépendant. Une des raisons d’être du podcasting est de pouvoir donner la parole à des gens qui ne l’auraient pas autrement. De plus, ces personnes agissent par passion et constituent la majorité des émissions produites sous cette forme.

La clé: l’interaction!
Une bonne porte d’entrée dans ce monde est d’interagir avec les podcasters eux-mêmes. Ce sont des gens comme vous et moi qui ont une passion à partager et qui le font par le biais de la baladodiffusion. Le fait de commenter sur les sites des podcasters, de leur envoyer un courriel d’encouragement ou un commentaire audio vous fera entrer peu à peu dans le cercle des podcasters. Les podcasters parleront de vos commentaires et mots d’encouragement sur leur émission, prendront en considération vos suggestions et feront jouer vos commentaires audio à l’intérieur de leur podcast. C’est une bonne façon de s’habituer à entendre sa voix sur un fichier audio et c’est très apprécié

Avoir le bon équipement
Il n’y a pas d’équipement idéal de production qui convienne à tous les podcasters, mais une foule de configurations possibles qui conviennent à chacun de ceux qui les ont créées. Essayer d’identifier vos besoins (est-ce que je veux faire des entrevues et enregistrer de l’audio à l’extérieur de mon studio maison ou j’enregistre tout chez moi?). Si vous ne savez pas quoi acheter comme équipement, écoutez des balados qui se spécialisent dans la production de podcasts (il y en a plusieurs, surtout en anglais) ou demandez conseil à un podcaster. Règle générale, les podcasters sont des gens généreux qui désirent partager avec les autres. Il n’y a pas un micro qui soit parfait et qui convienne à toutes les voix. Chaque micro a des caractéristiques sonores qui lui sont propres et peut convenir ou non à votre voix. L’idéal est toujours de pouvoir en essayer quelques uns.

Trouver sa niche
Vous avez votre équipement pour enregistrer mais avec-vous votre sujet? Avant même de commencer l’enregistrement de votre balado, assurez-vous d’être à l’aise avec votre sujet et surtout d’avoir des idées pour faire une série d’émissions. Trop de podcasts meurent après seulement 2 ou 3 épisodes car leur auteur manque d’inspiration ou de motivation. L’espace est déjà occupé par les podcasts généralistes : il faut se spécialiser. Si vous désirer faire un podcast sur la technologie, vous serez perdus dans une mer de podcasts semblables, mais si vous vous spécialisez (sur les appareils bluetooth par exemple) vous vous démarquerez.

Le podcast musical : un bon point de départ, mais…
Le podcast musical est une bonne porte d’entrée chez les gens qui veulent démarrer une émission. C’est le type de podcast le plus commun car plusieurs ont la passion de la musique et c’est un peu plus facile lorsqu’on débute de faire jouer de la musique si on est timide face au micro. Le fait qu’il y a plusieurs podcasts musicaux rend la tâche difficile à ceux qui veulent se démarquer et plusieurs se découragent lorsqu’ils voient leur faible taux de téléchargement. Encore une fois, il faut se spécialiser et trouver un angle particulier. Si vous désirez faire jouer du rock et que vous êtes un baby-boomer, peut-être qu’une émission sur la musique des années ’60 peut vous intéresser. Si vous aimez la musique classique en général, mais particulièrement la musique baroque, vous avez probablement un filon à exploiter! N’oubliez pas que le podcasting doit aussi se soumettre aux lois relatives au droit d’auteur.

L’influence d’un nom
Le nom de votre émission peut vous assurer d’être bien répertorié dans les moteurs de recherche mais surtout, faire en sorte qu’il soit facilement retenu. Choisissez-le avec soin car c’est le seul élément que vous ne pourrez modifier en cours de route. Les noms les plus efficaces sont souvent les plus court et les plus évocateurs, mais il y a des exceptions. Une bonne idée vaut mieux qu’un nom court car elle sera plus facilement retenue. Aussi, achetez votre propre nom de domaine, en version .com s’il est disponible.

Maintenant que vous êtes prêt
Faites des tests! Enregistrez un démo. Enregistrez plusieurs démo. Essayez différents styles d’animation. Inspirez-vous du style des autres pour créer votre propre style. Puis, faites écouter le résultat à quelqu’un; votre meilleur ami, votre conjoint, votre famille. Faites-le surtout écouter à une personne en qui vous avez confiance, qui ne vous ridiculisera pas inutilement et de qui vous serez prêt à accepter la critique. Mieux : faites-le écouter à un podcaster, à votre podcaster favori par exemple et demandez-lui ce qu’il en pense. Puisqu’il est déjà passé par là, il vous critiquera tout en étant indulgent, saura vous donner les bons conseils et vous encouragera sûrement. Demandez-lui qu’il vous parraine ou qu’il devienne votre coach, votre mentor. Si vous êtes bon élève, vous aurez tôt fait de surpasser le maître!

C’est long!
Faire du podcasting prend du temps. Une émission parlée de 30 à 45 minutes me prends entre 5 et 8 heures à produire. De la recherche à l’enregistrement, en passant par la production et la mise en ligne avec les notes sur le blogue, tout ne se fait pas de façon simple. Si vous faites une émission non scriptée, que vous faites jouer plus de musique et que vous n’écrivez à peu près pas de notes pour l’émission, ça vous prendra probablement moins de temps, mais la qualité générale de votre émission risque d’en souffrir. Tout dépend de ce que vous désirez faire avec votre émission et de la durée de celle-ci.

Le secret du succès
La persévérence! Il n’y a aucune autre recette au succès sinon que de persévérer. L’auto-critique et l’échange avec un autre podcaster vous assurera d’améliorer votre émission et la persévérence assurera le succès auprès des auditeurs. Avec le temps viendra la reconnaissance. Surtout, ne vous découragez pas trop tôt. L’augmentation de l’auditoire se fait petit à petit au début mais à un moment ça décolle. Parlez à d’autres podcasters de votre émission et inscrivez-la à des répertoires. Trouvez des façons créatives de faire connaitre votre podcast.

En conclusion
Si vous avez des commentaires ou des questions n’hésitez pas à me contacter, ou à contacter tout autre podcaster; surtout s’il fait le type d’émission que vous désirez produire. C’est un hobby très gratifiant qui vous amènera à intéragir avec une foule de personnes tout aussi intéressantes les unes que les autres. Si vous avez une bonne idée, je vous encourage à produire un podcast dès que vous le pouvez, quitte à faire des erreurs et l’améliorer en cours de route, s’il n’est pas parfait à vos oreilles. Les amateurs de podcasts vous pardonneront vos erreurs et surtout, il ne faut pas oublier que la meilleure façon d’apprendre à nager demeure toujours de se jeter à l’eau!

Zune2

Le nouveau Zune 2 annoncé hier par Microsoft donnerait, selon toute vraisemblance, la possibilité d’écouter des podcasts. L’information ne semble pas confirmée sur le site officiel dédié à l’appareil, mais le menu «podcasts» est bel et bien présent sur l’interface du produit qui sera lancé en novembre.

Selon Engadget, le logiciel de la première génération de Zune sera aussi mis à niveau vers la nouvelle version qui supportera la baladodiffusion. Autre preuve que le MPEG-4 et le codec h.264 deviennent la norme pour la vidéo sur le web, l’appareil supportera ces formats en mode natif sans que vous ayez à les ré-encoder au format Windows Media comme c’était le cas auparavant.

Avec le nouveau iPod touch, son design épuré, ses logiciels et son interface novatrice, est-ce qu’on a vraiment envie d’acheter le Zune 2?

En lisant l’article de La Presse sur la Baladodiffusion, ce qui saute aux yeux c’est l’absence d’informations sur les productions indépendantes, mis à part Le Québec en Baladodiffusion. Et il est malheureusement impossible sur le site de La Presse de laisser un commentaire sur un article et ainsi corriger le tir. Lors de l’entrevue, j’ai tenté de discuter d’initiatives intéressantes alors que le journaliste-blogueur Tristan Péloquin cherchait des arguments pour appuyer son constat que Radio-Canada semble délaisser la balado. De fait, Radio-Canada n’avait pas mis à jour la version baladodiffusée de Christiane Charrette depuis le 22 juin dernier, chose qui a été corrigée ce matin.

En bâtissant son texte qui a contribué à remettre l’émission de Christiane Charrette dans nos iPod, monsieur Péloquin est passé sans le savoir à côté d’une foule d’émissions de très grande qualité. Premièrement du côté de notre radio-diffuseur d’état, on a mis en ligne l’excellent Par 4 chemins de Jacques Languirand, le concours de courts métrages et de balados Métissé Serré bat son plein et on peut suivre le quotidien d’un couple d’immigrants dans un podcast vidéo appelé J’adopte un pays; de la qualité je vous dit. Mais ce n’est pas là que la Baladodiffusion brille le plus…

Un médium en ébullition
Les journaux ne vous parleront pas de Hugh McGuire et de son initiative appelée Librivox. Ce montréalais a eu le génie de rendre disponible sous forme de livres audio baladodiffusés, des livres du domaine public. Qui plus est, il a mis à contribution des collaborateurs du monde entier qui l’ont fait GRATUITEMENT. Du Christmas Carol de Dickens à Anne of Green Gables de Lucy-Maud Montgomery, en passant par Dostroyevsky, il y en a pour tous les goûts. Depuis 2 ans, Librivox est probablement une des maisons de production de livres audio les plus prolifiques du monde.

Les journaux ne vous parleront pas non plus de Bob Goyetche qui à lui seul soit anime, co-anime, et produit quatre émissions : le Bob & AJ Show, le Catfish Show, Mostly Tunes et le Canadian Podcast Buffet. Ils ne vous parlerons pas de Galacticast de Rudy Jahchan et Casey McKinnon, un des podcast vidéos les plus en vue de l’heure où l’on parodie divers symboles de la Culture Geek. Finalement, on ne vous parlera pas de Julien Smith la rock star des podcasters et de son In Over Your Head dont le taux de téléchargement pourrait faire rougir Jeff Fillion et sa Radio Pirate… et il n’a même pas eu à passer à Tout le monde en parle! Et que dire de Six Pixels of Separation fait par Mitch Joel de Twist Image, véritable guru du média social. Non, les médias québécois francophones ne vous parleront pas de ceux-ci; probablement trop anglophone pour eux.

Même du côté francophone, il y a peu de chances qu’on vous parle de Laurent Lasalle qui bosse toutes les semaines à nous concocter un Mets tes écouteurs tout en musique. Ni des Beaux Réal Roux qui ont recommencé à produire leur émission amusante qui se veut vaguement intellectuelle. Ni de Pierre Journel et de sa Cabane au Canada produite à la façon d’un audioblogue, ni de Serge Lemire qui produit des entrevues indépendantes avec des artistes québécois dans Du Bon et Du Con, ou bien du magazine audio P45.

Depuis les débuts du podcasting en 2004, l’intérêt de ce médium a toujours été de pouvoir entendre des points de vues différents que ceux que l’on a l’habitude d’entendre. De pouvoir écouter des voix différentes. De briser les formats et les carcans radiophoniques. De démocratiser un médium qui a été longtemps l’apanage de sociétés d’état et de grandes structures, et tout cela SANS PUBLICITÉ, mais surtout, GRATUITEMENT. La baladodiffusion amène un vent de fraicheur dans nos lecteurs numériques et ceux qui y goûtent ont parfois de la difficulté à revenir vers la radio commerciale tant elle peut parfois manquer de substance.

Alors pourquoi accorder autant d’importance aux baladodiffusions de la radio d’état ou de toute radio commerciale?
Ce faisant, on contribue à faire gonfler la popularité téléchargée d’émissions qui n’ont pas besoin de ces auditeurs supplémentaires pour survivre. En omettant de parler de tous ces producteurs qui font des émissions uniquement par passion, on donne aussi l’image que la baladodiffusion est un médium réservé aux médias traditionnels. En ne donnant pas la parole à plus d’indépendants, on prive ces gens d’une forme de visibilité salutaire pour l’avenir de ce médium.

Contrairement à ce qui est écrit dans l’article, je constate la richesse, la diversité et le dynamisme des baladodiffuseurs d’ici et l’engouement pour ce médium est toujours en croissance. Et la popularité de bien des productions du Québec se compare à ce qui est fait ailleurs au pays. On a qu’à assister au rassemblement de baladodiffuseurs PodMtl pour le constater.

Christiane Charrette

Qu’en pensez-vous?

Au moment d’écrire ces lignes (soit le même jour que la parution de l’article), l’émission de Christiane Charrette qui avait disparu de la section baladodiffusion du site de Radio-Canada a été réintégrée, les liens vers le fil RSS de l’émission ont été remis en place et le fil RSS lui-même a été réactivé avec toutes ses archives! Magie!

Pire encore, sur le site même de Christiane Charrette, on retrouve dans le bas de la page une bannière annonçant la remise en ligne du podcast pour… le 1er octobre! Aujourd’hui! Ça sent la campagne promotionnelle orchestrée d’avance et surtout, ça sent le copinage. Mais j’espère que je me trompe; tout le monde sait que les journalistes sont objectifs, non?!

Scroll to top